C’est peut-être la période de l’année ou 2012 qui fait tout ce qui est en son pouvoir pour sortir des sentiers battus… mais il y a un nombre de plus en plus grandissant d’animations qui pointent leurs nez sur les écrans de cinéma. Elles viennent des États-Unis, du Japon et même de France. Dans le lot, qu’est-ce qui pourrait bien plaire aux petits et aux grands? Pourquoi ne pas opter pour des titres aussi variés que La nuit des enfants rois et Un monstre à Paris, deux succès dans leur pays qui réussiront à coup sûr à séduire un public encore plus large?

Déjà la semaine dernière, les cinéphiles pouvaient voir l’irrésistible Arrietty – Le petit monde des chapardeurs d’Hiromasa Yonebayashi, le dernier joyau du mythique Studio Ghibli. Même si le maître de l’animation japonaise Hayao Miyazaki ne s’occupait «que» du scénario, son style était de presque tous les plans, que ce soit au niveau des thèmes (l’amitié, la famille, l’importance de prendre soin de la nature) que des dessins qui s’animent avec vie.

Ce n’était qu’un apéritif à ce qui pourra être vu d’ici vendredi. C’est là que prendra l’affiche le très attendu La nuit des enfants rois d’Antoine Charreyron, une adaptation animée en images de synthèse du roman de Bernard Lenteric. Comme dans X-Men : Première classe, les personnages principaux sont dotés de pouvoirs très spéciaux et ce n’est pas tout le monde qui s’en servira de la bonne façon. « La qualité de l’animation est digne des productions hollywoodiennes, m’affirmait récemment en entrevue Tim Ringuette, le directeur des acquisitions et de la distribution de Remstar Films. On n’est pas dans du Aladdin. C’est un film un peu plus violent que les films d’animations pour enfants. Mais justement, c’est quelque chose qui vient remplir une niche qui est peu occupée au cinéma présentement. »



Les amateurs de 3D seront au septième ciel devant Un monstre à Paris de Bibo Bergeron qui avait offert par le passé Gang de requins. L’histoire se déroule cette fois dans la Ville Lumière au début du 20e siècle alors qu’une mystérieuse créature sème la peur partout sur son passage. Inspiré à la fois par Le fantôme de l’opéra que par les vieux classiques de Marcel Carné, ce luxueux pari peut compter sur une multitude de vedettes qui prêtent leur voix, dont les chanteurs Vanessa Paradis et -M-, ainsi que Gad Elmaleh, Ludivine Sagnier et François Cluzet.

Ces sorties semblent nombreuses. Et elles risquent de faire boule de neige avec ce qui doit prendre l’affiche dans les prochaines semaines. L’auteur du fantastique Kirikou, Michel Ocelot, donne enfin de ses nouvelles avec Les contes de la nuit, une série de courts métrages qui portera à coup sûr sa griffe unique. Le légendaire Dr. Seuss prépare son grand retour au cinéma avec Le Lorax, cette créature orange qui passe son temps à grogner et qui s’annonce comme un joyeux dérivé du succès surprise Détestable moi. Il y a enfin Une vie de chat d’Alain Gagnol et de Jean-Loup Felicioli qui est nominé aux Oscars dans la catégorie de la meilleure animation et qui affrontera en fin de semaine des candidats de poids tels Rango, Kung Fu Panda 2 et Le chat potté. Après ça, il ne faudra pas se demander pourquoi on voit la vie comme une animation!

La nuit des enfants rois, Un monstre à Paris

blog comments powered by Disqus