trip a trois

5 raisons d'aller voir Le trip à trois

Photo par Bertrand Calmeau

Avec tous les films qui vont prendre l'affiche d'ici la fin de l'année, il est facile de perdre le compte. Entre les superproductions coûtant des millions de dollars et les oeuvres à Oscars, plusieurs longs métrages risquent de passer complètement inaperçus. Pour vous aider à les découvrir, Cineplex tourne ses projecteurs vers des créations moins connues...

... comme Le trip à trois. Même le titre ne laisse personne indifférent. Tout le monde possède son opinion sur le sujet. Particulièrement Estelle (Mélissa Désormeaux-Poulin) qui aimerait bien l'imposer à son conjoint (Martin Matte). La thématique traitée par la voie de la comédie bénéficie de la réalisation de Nicolas Monette (Aurélie Laflamme: Les pieds sur terre) et du script de Benoit Pelletier (le cinéaste d'Ego Trip, qui a également coscénarisé Idole instantanée et Le sens de l'humour).

 

 

Voici cinq raisons de ne pas rater ce divertissement...

Tout le monde en parle

Ce qui est raconté dans le film risque de faire longuement discuter dans les chaumières. Le sexe a toujours alimenté les conversations et il ne faut pas se dire que le filtre comique du long métrage atténuera le propos. Derrière une certaine légèreté et frivolité se dresse une gravité latente, des questionnements incessants sur le désir, les fantasmes, la liberté, l'amour et le couple.

Point de vue féminin

Surtout que le propos est abordé sous l'angle féminin, ce qui est plutôt rare. Tout est vécu dans les yeux d'une trentenaire, mariée et mère de famille, qui souhaite se révolter devant son existence ennuyante. Aperçue au cinéma dans Incendies, Gabrielle et les deux épisodes d'À vos marques... party!, Mélissa Désormeaux-Poulin trouve enfin un rôle principal mature, et elle est entourée par une horde d'actrices cocasses qui en ont long à dire sur le sujet.

Martin Matte

La complicité de la comédienne avec Martin Matte est d'ailleurs indéniable. Roi de la télévision, l'humoriste québécois n'a pratiquement jamais eu la chance de se faire valoir dans le septième art québécois (si ce n'est en méchant dans Nitro). Le voici débarquer avec sa bouille unique, son charisme légendaire et ses répliques vives, se faire notamment appliquer de l'huile chaude sur le dos...

Clins d'oeil

Cet effort regorge de références. La plus irrésistible est certainement au chef-d'oeuvre Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick. Son utilisation efficace de la musique s'avère également savoureuse. Les vieux succès côtoient les nouveautés francophones et on retient surtout un long numéro à la fin qui en fera rigoler encore et encore.

Le bon moment

Décembre est possiblement le mois le plus occupé de l'année. Il y a Star Wars, des animations pour les enfants, des films de Noël et les créations destinées à recevoir des prix. C'est toutefois un moment qui profite aux oeuvres québécoises. Pensons seulement à Votez Bougon, La guerre des tuques 3D et la série Les Boys qui ont tous bien fonctionnés par le passé. Le trip à trois possède tous les éléments - sujet osé, ton humoristique, présence de vedettes, traitement accessible - pour en faire un succès aux guichets.

Le trip à trois prend l'affiche le 20 décembre

 

blog comments powered by Disqus