le scaphandrier alain vezina

Le Scaphandrier : Les zombies se déchaînent!

Rare film de genre à être réalisé au Québec, Le Scaphandrier d’Alain Vézina est une comédie horrifique sur un méchant croque-mitaine venu d’outre-mer qui s’en prend à des humains qui cherchent à voler son trésor. Scènes de massacres, gore, hémoglobine : tout y passe.

 

Alors que l’humour et le sang coulent à flot, on se permet de revenir sur les meilleures créations d’épouvante sous fond de morts-vivants qu’il est impossible de prendre au sérieux…

Shaun of the Dead

Le plus connu d’entre tous est certainement cette lubie d’Edgar Wright (Hot Fuzz) qui met en vedette les toujours hilarants Simon Pegg et Nick Frost. Même si on connaît les situations par cœur, il est difficile de ne pas rire devant tant d’humour bon enfant. Et c’est grâce à lui qu’il y a eu tous les dérivés : Juan of the Dead qui semait la zizanie à Cuba, Cockneys vs Zombies qui se déroulait dans une résidence de personnages âgées, etc.

 

Black Sheep

Des moutons zombies? L’idée a du génie. Et si l’on ne peut parler de classique ou de références, on s’en sort avec une production assez dévergondée, qui rappelle que n’importe quel animal peut se transformer en mort-vivant. À quand un long métrage sur une chèvre, un ornithorynque ou des punaises de lit?

 

Dead Snow 2 : Red vs. Dead

Le premier était extrêmement sympathique, sauf que le second remporte aisément la palme. Ces nazis zombies (à moins que ça ne soit le contraire) qui cherchent à récupérer leur or offrent une horde de quiproquos savoureux. Oui, c’est violent, c’est malsain et ce n’est pas pour les âmes sensibles. En même temps, on aime ça justement pour ces raisons-là.

 

Zombieland

Là on est davantage dans la satire, dans le clin d’œil perpétuel des chefs-d’œuvre de George A. Romeo qui allait inspirer tous les Walking Dead et World War Z de ce monde. Une tronçonneuse pour les décapiter tous? Pourquoi pas! Surtout si c’est Woody Harrelson, Jesse Eisenberg, Emma Stone et Abigail Breslin qui l’utilisent.

 

Dellamorte Dellamore (Cemetery Man)

L’intérêt que l’on porte envers un film de morts-vivants débute généralement dans son titre : Mad Zombies, Redneck Zombies, Poultrygeist : Night of the Chicken Dead… Tous des essais qui existent, pour le meilleur comme pour le pire. Sans payer de mine, Dellamorte Dellamore demeure un effort italien assez savoureux sur un gardien de cimetière. Si Martin Scorsese l’a adoré, pourquoi pas vous?

 

Hausu (House)

C’est vrai, il est plutôt question ici d’esprits et de fantômes que de zombies. Mais il faut absolument avoir vu au moins une fois dans sa vie cette folle création de Nobuhikio Obayashi. Sinon, c’est passer à côté d’une des meilleures œuvres du genre. Ça ne ressemble à rien et on rit de la première à la dernière image. Quel autre film peut en dire autant?

 

Quels titres auriez-vous ajouté à cette liste? Qu’est-ce que vous pensez du concept du Scaphandrier?