Les films à voir aux Rendez-vous Québec Cinéma

Les films à voir aux Rendez-vous Québec Cinéma

Notre tour d'horizon au jour le jour des longs métrages à ne pas manquer pendant les Rendez-vous Québec Cinéma, la grande fête du septième art d'ici.

La 36e édition des Rendez-vous Québec Cinéma (RVQC) débute le 21 février avec le délicat Pour vivre ici de Bernard Émond pour se conclure le 3 mars avec Chien de garde, le premier long métrage de Sophie Dupuis. Pendant l'événement, plus de 300 films seront présentés.

Pour vous aider à bien choisir, voici notre liste des titres les plus intéressants qui seront présentés dans les trois salles du Cinéma Cineplex Quartier Latin de Montréal. C'est le temps d'en profiter, parce que ce sera certainement la dernière fois de pouvoir attraper sur grand écran quelques-unes des oeuvres les plus importantes de 2017...

Fin de semaine du 23, 24 et 25 février

C'est un premier week-end chargé en émotions fortes qui est proposé. Le tout débute vendredi avec le bouleversant Isla Blanca de Jeanne Leblanc sur les difficiles relations entre une fugueuse et sa famille. Impossible de ne pas être ébranlé par Charlotte Aubin. En primeur en attendant sa sortie régulière le 3 mars. Plus bizarroïde et ludique est le All You Can Eat Bouddha de Ian Lagarde, une satire de la surconsommation qui est loin d'être banale. Le lendemain, on se promènera en forêt à ses risques et périls. Il y a les zombies des Affamés de Robin Aubert qui sont toujours aussi délicieux. Puis il y a La petite fille qui aimait trop les allumettes de Simon Lavoie qui souffle avec sa photographie extraordinaire et la brûlante performance de Marine Johnson. On termine le tout le dimanche avec d'autres prestations à jeter par terre: celles de Camille Mongeau et d'Isabelle Blais dans le magnifique et douloureux Tadoussac de Martin Laroche.

Lundi 26 février

Le long métrage d'auteur est à l'honneur aujourd'hui. D'abord dans le satisfaisant drame Après coup de Noël Mitrani où le toujours merveilleux Laurent Lucas a maille à partir avec un événement traumatisant. Puis dans l'essai plein de candeur Ta peau si lisse où l'inimitable Denis Côté s'intéresse au quotidien de culturistes. On a surtout hâte de pouvoir enfin admirer en avant-première Ailleurs (sortie 16 mars) de Samuel Matteau, qui semble filmer Québec mieux que personne.

Mardi 27 février

Comment résister à l'idée de revoir Louis-José Houde et Michel Côté dans De père en flic 2? Il y a pourtant plein de choses à découvrir. C'est le cas du très original Les arts de la parole d'Olivier Godin qui convoque les personnages les plus incroyables à la même enseigne. Ou de se tourner vers la douloureuse réalité par l'entremise du documentaire Ce silence qui tue de Kim O'Bomsawin qui porte sur la disparition et l'assassinat de plus d'un millier de femmes autochtones au Canada. De quoi en ressortir en larmes.

Mercredi 28 février

Sorti au tout début de 2017, Nelly d'Anne Émond est un biopic pas comme les autres, qui tente à l'aide d'ingénieux jeux de miroirs de mieux saisir la complexe écrivaine Nelly Arcan. Une oeuvre toute en texture, visuellement très soignée, qui offre à la comédienne Mylène Mackay le rôle de sa vie. La descente aux enfers est encore plus hallucinante du côté de A de Mitchell Stafiej, sur le quotidien d'un jeune musicien alcoolique. C'est l'implosion d'une âme jusqu'à l'abstraction, alors qu'un impressionnant jeu sur le temps et le son permet de palper des bribes hypnotiques du réel.

Jeudi 1 mars

Oui, on projette Bon Cop Bad Cop 2, l'un des plus grands succès de 2017 du cinéma québécois. Mais après l'avoir vu quelques fois, on voudra se plonger dans des univers plus douillets. C'est le cas de Pieds nus dans l'aube, l'adaptation du célèbre livre de Félix Leclerc, qui fait complètement oublier l'hiver par ses paysages enchanteurs. Le coeur battra plus fort devant Les faux tatouages, cette romance attendrissante de Pascal Plante, sur les amours de deux jeunes gens. Les acteurs sont excellents, la mise en scène utilise convenablement l'espace et la durée... et il y a même un classique de Daniel Bélanger!

Fin de semaine du 2, 3 mars

Pour le dernier week-end des RVQC, on passera notre vendredi dans deux univers singuliers. L'inquiétant Nous sommes les autres de Jean-François Asselin pousse ses héros à se métamorphoser pour plaire. Des transformations dont les conséquences dépassent l'entendement. Plus effrayant encore est Le problème d'infiltration de l'aguerri Robert Morin, qui utilise une quantité incroyable de plans séquences pour rappeler le mal-être de notre monde. Christian Bégin y est tout simplement immense. Le lendemain, il y a le formidable documentaire Destierros d'Hubert Caron-Guay qui suit des migrants à la trace dans leur désir de traverser le Mexique et de rejoindre les États-Unis. Une expérience dont on se souviendra longtemps.